Categories
clubs LaLiga soccer

Relegation of Espanyol: What went wrong

Exhausted after a long European campaign, the Catalán club purchased by a Chinese magnate in 2016 will spend next season in the second division.

SAN FRANCISCO  (14 September 2020) With Espanyol’s relegation to LaLiga Smartbank (Second Division), LaLiga Santander loses one of its beacons. While it’s true the city of Barcelona’s “other club” has never been champions of Spain, their best performances having been four third-place finishes: in 1933, 1967, 1973 and 1987. In total, the Péricos (the Parakeets, the nickname of the club) have spent 85 seasons in Spain’s top division. This is the same number of years as Valencia CF has logged in Spain’s top division, and only four years less than city rivals FC Barcelona, Real Madrid and Athletic Club Bilbao, the only three clubs in Spain to have never been relegated from the first division. Espanyol sits seventh in the table of all-time points accumulated with 2,918.

Calendar and Results in La Liga

La Liga Standings

Saved by Fernandez and Pochettino

Espanyol was founded in 1900, about a year after the creation of Barcelona. The club has reached the UEFA Cup final on two occasions, in 1988 and 2007, and had not been relegated for 27 years. They came close on two occasions, being saved from the drop Luis Fernández in 2003-2004, and Mauricio Pochettino (now the new manager at Real Betis) in 2008-2009, who was then making his debut on the bench after being the idol of the supporters from 1994 to 2001, then from 2004 to 2006 , the club was acquired in 2016 by Chen Yansheng.

“I want us to play the Champions League within three years,” the Chinese business leader told the press after buying the club. Indeed, it’s not for lack of financial commitment that sees Los Péricos in the segunda: the new owner has spent nearly € 200 million in four years. At the end of the 2018-19 season, Espanyol qualified for the Europa League with a seventh-place finish due in particular to the former Lyonnais Sergi Darder and to Wu Lei, a star signing from China, whose arrival earned the club a timely spotlight from the media and fans in his native country.

Early Start and disappointing recruitment

The Péricos started their season exceptionally early, playing in a qualifying round of the Europa League in Iceland away to Stjarnan at the end of July. Espanyol won the tie convincingly (4-0 first leg and 3-1 in the return leg). In total, Espanyol played 52 matches in the 2019-20 season, ten more matches than clubs with far greater depth, Madrid and Barcelona, both of whom played 42. Sébastien Corchia, who joined Espanyol on loan from Sevilla, injured his knee early on and the former Lille player ended up only playing in three La Liga games. Lacking depth and playing in both the domestic and European competitions proved to be too much for the club to maintain its rhythm.

By the end of last summer, Espanyol was glued to the bottom of the La Liga table on 11 points. While they advanced out of their group and qualified for the Round of 16 in the Europa League, they were eliminated in that round by Wolverhampton (0-4, 3-2). Meanwhile, from the start of the La Liga season into early winter 2020, they changed managers a stunning four time, with David Gallego, Pablo Machín, Abelardo and Rufete all taking turns at the helm. None of them were able to right the ship.

Looking at the situation with hindsight, it seems like managment was the real reason for the relegation. The club president lives in China and is far-removed from the day-to-day management. Players brought in did not live up to expectations, like attacking midfielder Matías Vargas (10.5 M €, three assists and no goals) and defender Fernando Calero (€ 8 million), only 97 minutes of play during the second half of the season.

Espanyol will return to the top flight, where by history it deserves to be.

Chen Yansheng

At the end of June, European player contracts expired. Thus, Borja Iglesias (17 goals in La Liga last season), left for Real Betis. This further damaged the Espanyol attack, which finished the season the second worst effective in La Liga, scoring only 27 goals in 38 league games. Argentinian strikers Jonathan Calleri (27 appearances) and Facundo Ferreyra (16 appearances) scored just one goal each all season long. Wu Lei, the Chinese star player, added only four goals in 31 appearances. Even a player who was brought in during last season’s winter transfer window, Raúl de Tomás, from Sport Lisboa e Benfica for € 20 million (a club record), was unable to score another goal across Espanyol’s last nine games after scoring a goal in each of his first four games with the club.

The former club of Nicolas Ouédec and José Cobos (both from 1996 to 1998), Alain Boghossian (2002-2003) and Didier Domi (2004-2006) are thus playing in the Second Division for only the fifth time in its history. The club has so far always regained promotion in the following season. “I take responsibility for most of this failure,” Chen Yansheng wrote in an open letter to supporters. Espanyol will return among the elite because that’s where they deserve to be historically. “

Can the Péricos do it again and immdiately return to Spain’s top flight? We’ll see if the 2020-21 season brings better fortune to the club from Cornellà-El Prat.

Visca l’Espanyol!

La relégation de l’Espanyol, l’échec d’un projet ambitieux

Épuisé par une longue campagne européenne, le club catalan acheté par un ambitieux magnat chinois en 2016 évoluera cette saison en Deuxième Division.

SAN FRANCISCO (le 14 septembre 2020) Avec la relégation de l’Espanyol à LaLiga Smartbank (deuxième division), LaLiga Santander perd l’une de ses balises. C’est vrai que “l’autre club” de la ville de Barcelone n’a jamais été champion d’Espagne: ses meilleures performances ont été quatre troisièmes places: en 1933, 1967, 1973 et 1987. Au total, les Péricos (les Perruches, surnom de le club) ont passé 85 saisons dans la première division espagnole. C’est le même nombre d’années que le Valencia CF a enregistré dans la première division espagnole, et seulement quatre ans de moins que les rivaux de la ville, le FC Barcelone, le Real Madrid et l’Athletic Club Bilbao, les trois seuls clubs espagnols à n’avoir jamais été relégués de la première division. L’Espanyol occupe la septième place du tableau des points de tous les temps accumulés avec 2918.

Ce qui n’a pas fonctionné

Avec la relégation de l’Espanyol à LaLiga Smartbank (deuxième division), LaLiga Santander perd l’une de ses balises. S’il est vrai que “l’autre club” de la ville de Barcelone n’a jamais été champion d’Espagne, ses meilleures performances ont été quatre troisièmes places: en 1933, 1967, 1973 et 1987. Au total, les Péricos (les Perruches, surnom de le club) ont passé 85 saisons dans la première division espagnole. C’est le même nombre d’années que le Valencia CF a enregistré dans la première division espagnole, et seulement quatre ans de moins que les rivaux de la ville, le FC Barcelone, le Real Madrid et l’Athletic Club Bilbao, les trois seuls clubs espagnols à n’avoir jamais été relégués de la première division. . L’Espanyol occupe la septième place du tableau des points de tous les temps accumulés avec 2918.

Sauvé par Fernandez et Pochettino

Fondé en 1900, un an à peine après la création de son encombrant voisin, l’Espanyol a atteint la finale de la Coupe de l’UEFA à deux occasions, en 1988 et en 2007, et n’était plus redescendu depuis vingt-sept ans. Sauvé de la relégation par Luis Fernandez (en 2003-2004) et par Mauricio Pochettino (en 2008-2009), qui faisait alors ses débuts sur le banc après avoir été l’idole des supporters de 1994 à 2001, puis de 2004 à 2006, le club a été racheté en 2016 par Chen Yansheng.

« Je souhaite que nous jouions la Ligue des champions d’ici trois ans », lançait alors ce chef d’entreprise chinois. En effet, ce n’est pas faute d’engagement financier qui voit Los Péricos dans la deuxième: le nouveau propriétaire a dépensé près de 200 millions d’euros en quatre ans. En fin de saison dernière, c’est la Ligue Europa que le RCD Espanyol (7e) a accroché grâce notamment à l’ancien Lyonnais Sergi Darder ou encore à Wu Lei, star de la sélection chinoise, dont l’arrivée a valu au club un opportun coup de projecteur des médias et fans de son pays.

Début avancé et recrutement décevant

Les Pericos (les Perruches, le surnom du club au maillot bleu et blanc) ont démarré leur saison exceptionnellement tôt, avec un tour préliminaire face aux Islandais de Stjarnan fin juillet (4-0, 3-1). Avec 52 matches au compteur (le Real et le Barça en comptent 42), les coéquipiers de Sébastien Corchia (prêté par Séville et gravement blessé au genou, l’ancien Lillois n’a disputé que trois rencontres de Liga) n’ont pu tenir la cadence.

Scotché au bas de tableau depuis l’été dernier, l’Espanyol n’a engrangé que onze points à l’issue de la phase aller et s’est fait éliminer en seizièmes de finale de la Ligue Europa par Wolverhampton (0-4, 3-2), tandis que quatre entraîneurs (David Gallego, Pablo Machín, Abelardo et Rufete) se sont succédé sur le banc sans parvenir à inverser la dynamique.lire aussi

En cause : une direction qui navigue à vue tandis que son président réside la plupart du temps en Chine, avec des recrues qui n’ont pas été à la hauteur des espérances, à l’image du milieu offensif Matías Vargas (10,5 M€, trois passes décisives et aucun but) et du défenseur Fernando Calero (8 M€), 97 minutes de jeu seulement lors de la phase retour.

Calendrier et résultats de la Liga

Le classement de la Liga

L’Espanyol reviendra au sommet de la hiérarchie, là où il mérite par l’histoire d’être

Chen Yansheng

Orpheline de Borja Iglesias (17 réalisations en Liga la saison dernière), parti au Betis Séville l’été dernier, l’attaque catalane est la seconde moins prolifique de la Liga (27 buts inscrits). Les attaquants argentins Jonathan Calleri (27 apparitions) et Facundo Ferreyra (16 matches) n’ont marqué qu’un but chacun en tout et pour tout. Wu Lei, quatre en trente-et-une sorties. Recruté cet hiver en provenance de Benfica (pour 20 M€, record du club), Raúl de Tomás (25 ans) a scoré à chacune de ses quatre premières sorties, avant de perdre la recette (aucun but lors de ses neuf matches suivants).

L’ancien club de Nicolas Ouédec et José Cobos (tous deux de 1996 à 1998), Alain Boghossian (2002-2003) ou encore Didier Domi (2004-2006) évoluera donc en Deuxième Division pour la cinquième fois de son histoire. Le club est jusqu’à présent toujours remonté dès la saison suivante. « J’assume la majeure partie de cet échec, a écrit Chen Yansheng dans une lettre ouverte aux supporters. L’Espanyol reviendra parmi l’élite car c’est là où il mérite d’être historiquement. »

Les Péricos peuvent-ils recommencer et retourner immédiatement dans l’élite espagnole? Nous verrons si la saison 2020-21 apporte une meilleure fortune au club de Cornellà-El Prat. Vraiment, on verra.

Visca l’Espanyol!

By Ken Russo

My work in the business of soccer applies skills acquired in law practice with a focus on the sport's commercial, communications and sporting components. Russo Soccer aims to inform, educate and engage in dialogue on news and relevant issues in the game.

Um advogado por formação, concentro meu trabalho nos negócios, comunicações e operações de equipes no futebol mundial. | Abogado con fundación avanzada en comunicaciones, enfocado en los negocios del fútbol y las comunicaciones. | Je suis un avocat experimenté dans les affaires de football.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s